Ils nous soutiennent

Julien Bayou

Secrétaire national
Europe Ecologie les verts

L’écologie doit prendre une nouvelle dimension à Pantin : Nous devons proposer à des millions de personnes de participer à la plus belle aventure qui soit, celle de la réinvention du monde pour le garder vivant. Le découragement peut nous gagner, évidemment. Mais « là où s’abat le désespoir s’élève la victoire des persévérants » disait Thomas Sankara. Et nous, écologistes, sommes tenaces. Les raisons d’espérer sont nombreuses et puissantes, à la mesure de la prise de conscience généralisée et de l’attente, l’exigence, d’actes radicaux et concrets. Alors à Pantin comme ailleurs, cette prise de conscience généralisée doit se concrétiser lors des prochaines élections municipales en faisant grandir l’écologie de conviction.

Eva Joly

Ancienne députée européen,
magistrate

En 2014, j’étais venue soutenir la liste des Écologistes et des citoyens engagés portée par Nadia Azoug. Je me réjouis que les écologistes poursuivent leurs actions, forts de leur volonté de ne pas rester spectateur de la bataille qui s’impose à nous, les seules valables, celles contre le dérèglement climatique et l’injustice sociale

Damien Carême

Damien Carême,
Eurodéputé
Ancien maire de Grande Synthe.

Je sais que les écologistes de Pantin sauront s’inspirer de mon expérience de maire pour mettre en œuvre la transition écologique et sociale. La crise sociale est indissociable de la crise écologique, économique ou de l’accueil des exilé·es. La transformation écologique est la vraie réponse à apporter au mouvement des gilets jaunes. Ma ville, Grande-Synthe, a été désignée capitale française de la biodiversité en 2010, les enfants mangent bio et local dans les cantines, les jardins ouvriers se cultivent au bas des immeubles, les transports en commun sont gratuits, et depuis mai 2019, la commune verse aux habitants vivant sous le seuil de pauvreté (33 % de la population) un minimum social garanti (MSG).

Marie Toussaint

Eurodéputée,
initiatrice de l’Affaire du Siècle

Nous parvenons enfin à lier les questions de justice climatique et de justice sociale, qui ne forment qu’une seule et même question à l’échelle de la planète comme à l’échelle locale. Sécheresses, inondations, canicules, montée des eaux, pollutions… ce sont les mêmes qui souffrent le plus de la dégradation environnementale et qui n’en sont aucunement responsables. C’est le message que j’ai souhaité faire passer en lançant l’Affaire du siècle, c’est aussi le message que porte Nadia Azoug chez les écologistes et à Pantin. Agir avec les jeunes, avec les classes populaires, pour garantir enfin et vraiment l’égale dignité : voilà le combat que nous menons de concert.

%d blogueurs aiment cette page :