Pierric AMELLA

Pierric Amella, Architecte urbaniste,
27e candidat sur la liste de
la Gauche et l’Ecologie Pour Pantin

Je suis architecte, urbaniste. J’ai exercé pendant 11 ans au sein de l’agence SAROAM (Eva Samuel) qui a notamment participé à la conception du quartier du Port.
En tant qu’architecte, j’ai développé dès 2008 une approche écologique du bâtiment en expérimentant la construction d’une maison individuelle en bois autonome en énergie. Cette expérimentation m’a ensuite conduit vers la construction de logements collectifs et d’équipements, notamment en bois, qui favorisent une approche low-tech et qui remet les occupants au centre de leur logement.
En tant qu’urbaniste, j’articule les différentes échelles de décision, de co-élaboration citoyenne et politique.
En 2018, j’ai été lauréat du concours européen Europan à Angers en proposant une méthode de fabrication de la ville basée sur « l’économie circulaire », qui vise à remettre en valeur les ressources existantes.
Aujourd’hui, je prolonge ces expériences au travers d’une formation orientée sur les outils numériques appliqués à la ville et au bâtiment, mais aussi au travers de mon engagement écologiste au sein de la liste de Bertand Kern Pour Pantin.

Mélina Pelé

Mélina Pelé, 36 ans, attachée d’administration,
candidate en 16e position
sur la liste La Gauche et l’Ecologie pour Pantin

Je suis venue à l’écologie à travers mon engagement pour la défense des droits de l’Homme, de la démocratie et de la bonne gouvernance. Après un début de carrière au sein d’organisations internationales telles que l’OSCE et l’ONU, au Kosovo et en Guinée, j’ai construit une carrière dans l’administration publique tout en continuant mes engagements associatifs, notamment au sein d’une association visant à scolariser des enfants réfugiés syriens au Liban ( Yalla ! Pour les enfants ). J’ai peu à peu pris conscience que les conséquences du dérèglement climatique rendaient caduques toutes les politiques de développements durables ou opérations de construction de la paix . L’ augmentation des températures – intenables dans certaines régions du monde – menace la sécurité alimentaire, l’accès à l’eau aux populations déjà fragilisées, initie des conflits armés, poussent des hommes et des femmes sur les routes leur infligeant des parcours migratoires d’une violence et d’une indignité sans nom. Sans justice climatique, il n’y aura pas de paix, ni ici, ni ailleurs.
Devenue maman, l’urgence d’agir autrement, concrètement, est devenu vital. M’engager politiquement aux côtés d’Europe Ecologie les Verts pour accompagner Pantin dans sa transition écologique – faire de Pantin une ville exemplaire, neutre en carbone, résiliente, juste et solidaire – est devenu une évidence.

« VRAI / FAUX »

VRAI // Lécologie, c’est pour tous et pas uniquement pour les riches
Les écologistes défendent la rénovation énergétique des logements et des bâtiments publics. Ils se mobilisent pour le climat et pour réduire les factures d’énergie ! Pour un 13ème mois écolo !

FAUX // La bataille du climat, c’est uniquement une affaire de loi
S’il est urgent qu’il y ait un changement à l’échelle nationale, localement on peut changer les choses avec plus de nature en ville, plus de bio dans les cantines, plus de sobriété énergétique, plus d’actions contre les déchets, un retour en régie publique de l’eau, etc…

VRAI // La biodiversité a sa place en ville
La nature et la biodiversité doivent être présentes partout dans la ville car elles apaisent l’espace public et sont indispensables dans les moments de canicules : moins de stress, moins de chaleur. Plus de biodiversité, c’est bon pour la qualité de vie et le climat.

FAUX // On ne peut rien contre les pollutions de l’air
Aujourd’hui les pollutions de l’air sont reconnues comme ayant un impact sur l’environnement et la santé. La réduction du trafic automobile est un levier majeur contre la pollution. Moins de places pour la voiture, plus de place pour les piétons et les cyclistes, c’est agir pour plus de qualité de l’air.

VRAI // L’écologie, c’est bon pour l’emploi et la solidarité
L’économie de demain, plus respectueuse de l’humain et de l’environnement, c’est des emplois d’avenir dans la transition énergétique et l’énergie verte, dans la gestion des déchets, dans les nouvelles solidarités, dans l’agriculture urbaine, dans les commerces en circuits courts, dans les nouveaux matériaux, etc…

Pantin 2020-2026 pour le climat et la transition écologique

Aujourd’hui, l’urgence écologique et climatique s’est fortement imposée dans le débat public. Les perspectives de développement des périodes caniculaires telles que nous les avons connues ces dernières années imposent de changer de braquet sur les façons de penser et ainsi tendre vers le changement de comportements individuels et collectifs. 

Pour une ville autrement, l’action publique est un levier essentiel de l’entraide et reste le générateur d’une mise en oeuvre des transitions et des modes de résiliences nécessaires. “Il n’est plus possible de vivre et faire comme avant” entendons-nous tous les jours. 

Aux villes, à notre ville d’être porteuse d’une politique publique apportant des mécanismes “du vivre mieux en vivant autrement”, à notre ville de favoriser la coopération plutôt que la compétition. A notre ville, d’être particulièrement protectrice, de mettre son horloge au temps long plutôt qu’aux décisions “au tout – tout de suite” à courte vue. 

L’écologie, à l’échelle de notre ville, c’est favoriser l’intérêt général plutôt que la somme des intérêts particuliers. L’écologie, c’est la démocratie revisitée, c’est rendre possible les espaces au-delà “du vivre-ensemble” pouvant s’inscrire dans le “faire ensemble”. Être proche de ses voisins, tisser d’autres liens avec les acteurs du territoire. 

L’écologie à Pantin, c’est se réconcilier avec la nature, rompre avec ce rapport prédateur et dominant avec le vivant.

L’écologie et les écologistes sont convaincus qu’à l’échelle du territoire, il est possible de promouvoir un projet de transformation local – global exemplaire, portant sur l’environnement, l’économie, le contrat social. Pantin, notre ville est l’échelle pertinente pour agir sur les différentes transitions qui sont interdépendantes :

  • la transition écologique et énergétique par des politiques publiques volontaristes articulant la promotion de la biodiversité, de la nature en ville, une réconciliation de l’humain avec le vivant et de la prise en considération de biens communs de l’humanité non marchands tels l’eau et l’air. En donnant une meilleure place aux énergies renouvelables, au développement d’autres modèles d’activités pour une sobriété énergétique, etc. 
  • la transition écologique et économique, à Pantin ville post industrielle, de nouveaux secteurs et modèles économiques restent à développer en créant des emplois durables, non précaires, non délocalisables, nouveaux et de qualité, vecteurs de valeurs sociales et environnementales. En complément d’un tissu économique existant, l’appui au modèle de développement économique solidaire, de réseaux d’échanges nous tient à coeur et il contribue à une plus-value locale (échanges de services, de savoirs, trocs, zone de gratuité…). 
  • la transition démocratique et citoyenne : ces dernières années, les habitants expriment à chaque fois qu’ils le peuvent, leurs aspirations à prendre toute leur place dans l’animation et le développement de la ville. Les écologistes défendent qu’il faut refonder le pacte entre les citoyens, les élus et les services de la ville autour de l’idée de “la fabrique de la politique”, un outil d’innovation de l’action municipale associant pleinement les capacités des habitants et leur expertise d’usage.
  • la transition sociale : les transformations de la ville ces dernières années pourraient faire oublier que Pantin demeure une ville parmi les plus pauvres à l’échelle nationale. Ceci peut générer des multiples fractures et les 6 prochaines années doivent marquer l’ambition de cohésion et de renforcement des liens, de lutte pour une ville solidaire, cosmopolite et inclusive. L’enjeu écologique est social, les fractures urbanistiques sur notre ville ne doivent pas laisser place à des fractures et segmentations sociales et environnementales. Lutter contre les inégalités qui minent la cohérence et le sentiment d’appartenance à l’unité de notre ville reste un enjeu majeur. L’écologie est soucieuse d’équité de traitement (et de non relégation) et pour un rééquilibrage des moyens à apporter aux quartiers et îlots de rues. 

Nous entendons faire face à notre échelle au dérèglement climatique; notre responsabilité est de nous engager au présent, pour les 6 ans à venir et pour se faire également pour les générations à venir. Notre programme s’appuie sur de nombreuses alternatives de vie, des solutions technologiques et recherches nouvelles (exemples sur les évolutions des matériaux de construction, des filières vertes, de l’économie sociale et solidaire, de l’économie circulaire etc.).  

Nous nous appuyons sur des expérimentations réussies depuis des années sur des territoires, des villes en transition, en France et en Europe, sur l’enthousiasme né de milliers d’initiatives. 

D’autres villes, l’ont fait pourquoi pas nous… notre contribution est de l’ordre des possibles car nous empruntons depuis des décennies, les chemins d’une écologie des solutions. “Résister, c’est créer”, affirmait le philosophe Gilles Deleuze. Écologistes, depuis des décennies nous sommes inscrits dans une logique de “la preuve par l’éprouvée” ce “devoir-faire” par des expériences à l’échelle locale et pas que. 

Pour 2020, le temps de l’écologie est là, à vous, à nous, de lui donner ce coup d’accélérateur indispensable. 

Le temps de l’écologie, pour Pantin, c’est décider de changer de logiciel, de chemin et de basculer vers une ville en transition aussi écologique que solidaire. C’est ce que nous vous proposons au travers de ce programme inclusif, s’adressant, sans commune mesure, à l’ensemble des diversités des pantinois. Le temps de l’écologie à Pantin c’est prendre soin de tous et de toutes, c’est prendre le soin de notre communauté d’habitants sans distinction. Le défi à soulever est de s’inscrire dans ce : “2020 – 2026, Pantin, le monde des possibles : grâce à l’écologie, vivre-mieux et bien vivre à Pantin”. 

Bruno CARRERE

Gauche Républicaine & Socialiste, conseiller municipal sortant au sein du groupe Pantin à gauche – L’Humain d’abord

Bruno, tu étais conseiller municipal d’opposition. Qu’est-ce qui t’a conduit à rejoindre la liste conduite par Bertrand Kern ?
Elu sur la liste du Front de Gauche en 2014, militant à la Gauche Républicaine et Socialiste, engagé dans le mouvement associatif, j’ai toujours vécu à Pantin. Je n’ai pas partagé pas toutes les orientations et décisions de la majorité de Bertrand Kern durant ce mandat. Une nouvelle période s’ouvre et, comme mes amis écologistes, je pense qu’il est urgent d’agir pour répondre aux défis climatiques, démocratiques et sociaux en portant les valeurs de gauche qui me sont chères.

Quels sont les défis sur lesquels tu souhaiterais des changements ?
Comme les écologistes, je pense que nous devons changer de braquet dans la transition écologique. Elle ne sera possible que si un maximum de citoyens est impliqué dans la construction et dans le choix des politiques publiques. Nous devons aller plus loin dans la mobilisation des citoyens dans la construction de la ville à travers des formes de participation citoyenne renouvelées et démultipliées.

Et sur le plan social ?
Je pense qu’on ne peut changer de climat sans changer de système et que lutter contre la fin du monde et pour les fins de mois relève du même combat. Nous devons rendre notre ville encore plus solidaire envers ceux qui en ont besoin, réduire toutes les fractures entre les quartiers, entre les habitants, en permettant à chacun d’y avoir sa place et d’y garder sa dignité. Ce sont des sujets sur lesquels nous nous sommes retrouvés avec les écologistes pour élaborer des propositions que nous souhaitons porter dans la future municipalité.

La gauche et les écologistes pour Pantin

L’année 2019 aura marqué à jamais l’histoire de notre humanité. De Pantin à l’autre bout de la planète, la jeunesse a tiré la sonnette d’alarme et appelé l’ensemble des responsables politiques à se mobiliser pour répondre à l’urgence climatique. Ce cri d’alarme, sans précédent, a montré l’impact du dérèglement climatique sur la santé, les conditions de vie des populations, dont les plus fragiles sont et en seront les premières victimes si nous ne faisons rien ! Depuis longtemps, en tant qu’Écologistes, nous sommes conscients de la situation et nous savons qu’il y a urgence à agir. Nous ne sommes pas de ceux qui découvrent l’écologie la veille d’échéances électorales. Nous sommes convaincus que Pantin peut s’engager à faire partie des villes exemplaires pour la transition écologique, et que nous avons le devoir d’agir dans ce sens. C’est avec nos convictions, nos capacités à innover et à aller au-delà des solutions toutes faites que nous nous engageons pour Pantin, avec Bertrand Kern. Une nouvelle étape est choisie vers la transition écologique, avec vous, pour tous.

Nadia AZOUG

Nadia AZOUG, chef de file Europe Ecologie Les verts, conseillère municipale sortante

Nadia, tu es cheffe de file d’Europe Ecologie Les Verts dans la liste conduite par Bertrand Kern, est-ce que tu peux nous dire quelques mots de ton engagement ?
« Faire et construire avec la société », tel est depuis 30 ans le fil rouge de mon parcours et de mes combats au sein de mon militantisme associatif puis de mes responsabilités et mes actions politiques à Pantin et à la région Ile-de-France. « Colibri des villes » qui reconnaît dans les actions du quotidien à échelle humaine les solutions pour initier les changements, j’agis au niveau local comme dans les institutions. A l’heure où l’égalité pour notre démocratie, pour notre Europe traverse une phase critique de repli sur soi, c’est encore et toujours cette utopie d’action qui me fait avancer.

Quel bilan tires-tu des 6 années passées au Conseil Municipal ?
Bien qu’ayant réalisé un mandat dans l’opposition de 2014 à 2020, avec les écologistes nous sommes toujours restés constructifs. Ambassadrice d’EELV Pantin, nous avons porté avec quasiment aucun moyen une mobilisation pour les Sheds (qui ont été préservés), l’insertion de clauses environnementales et sociales dans les marchés publics, un vœux sur l’eau, un vœux pour la Corniche des forts, un de nos rares poumons verts, un soutien à la Mission Locale de La Lyr en difficulté à cause des lois Macron, un soutien aux habitants de la rue Gutenberg, en prise avec des promoteurs peu scrupuleux, et pas que…

Pourquoi Europe Ecologie Les Verts s’unit avec la Gauche rassemblée autour de Bertrand Kern ?
Il y a une urgence à agir ! De 2020 à 2026, l’enjeu est de porter l’ambition d’une ville « plus écolo» en première périphérie toujours plus soucieuse des souffrances sociales et environnementales des plus fragiles ! Les indicateurs sont au rouge : précarité énergétique, bruit en ville, mauvaise qualité de l’air, surplace à la voiture et aux camions, forte pression du béton sur l’espace, etc. L’urgence climatique est là, elle nous impose à un grand virage « écolo » et ça commence par le local.

Du coup tu dirais que le vert est devenu une couleur nécessaire ou à la mode ?
Pour nous l’écologie ce n’est pas une question de couleur qu’on appose sur un tract la veille d’échéances électorales. Même la droite le fait ! En tant qu’écologiste « pour de vrai », depuis 30 ans nous alertons sur les profonds bouleversements du dérèglement climatique. Aujourd’hui, nos alertes d’hier deviennent réalité. Certains partis « s’amusent » avec l’écologie. Agir pour répondre à l’urgence climatique, c’est pour plus de justice, d’égalité et de qualité de vie pour tous ! Le 13ème mois écolo on pense que c’est possible.

Et si tu avais une baguette magique, quel seraient vos 3 premiers coups pour répondre aux urgences écologiques et climatiques à Pantin ?
Mon premier coup de baguette magique ça serait pour plus de nature en ville. Nous devons redonner toute sa place à la nature, arbres, espaces verts, depuis les cours d’école à l’aménagement des rues, pour avoir des ilots de fraicheur pendant les épisodes de canicules qui vont se développer. Mon deuxième coup de baguette magique serait pour une mobilisation pour rénover les bâtiments et lutter contre la précarité énergétique. Mon troisième coup de baguette, serait pour une ville qui inscrive l’urgence écologique et solidaire à toutes les échelles de son action : depuis l’enfance jusqu’aux personnes âgées. C’est le sens du projet que nous porterons avec Bertrand Kern et la Gauche rassemblée dans la liste Pour Pantin !