COMMUNIQUE

A crise inédite – soyons des consom’acteurs…

Puisque : “Nous sommes en guerre, ne nous trompons pas de champs de bataille”. 

Face à la situation sanitaire mondiale sans précédent, le gouvernement a renforcé les mesures de confinement, au travers du décret n° 2020-293. Les écologistes de Pantin soutiennent ces mesures exceptionnelles et nécessaires à la protection de toutes et tous. En revanche, nous nous élevons contre les mesures aggravant les discriminations sociales et économiques et condamnons l’interdiction brutale des marchés ouverts, sans une réorganisation des circuits de ravitaillement. Ces mesures sont inéquitables, disproportionnées, manquant de bon sens et inadaptées aux spécificités de notre territoire.

Inéquitable car cette décision prise sans concertation par le gouvernement, aura des conséquences économiques et sanitaires dramatiques pour les pantinois.e.s. Favoriser le modèle économique de la grande distribution, qui devient alors le seul relai d’approvisionnement sans prendre de mesure de régulation engendrera une flambée des prix des produits de première nécessité. Les pantinois.es les plus modestes n’accèderont plus à une alimentation saine et abordable si ils/elles ne peuvent se rendre dans un supermarché.

Disproportionnée car rien ne prouve que le Covid-19 se propage moins dans les grandes surfaces ou que les mesures barrières et d’hygiène y soient mieux respectées. 

En outre, une telle mesure ne favorise en rien la résilience de notre territoire en terme de sécurité alimentaire. Aujourd’hui, plus que jamais, il convient de soutenir les agriculteurs fournisseurs de nos AMAPs et de solidifier notre tissu social et solidaire.  A l’instar du Marché sur l’Eau, des alternatives plus écologiques, plus responsables et plus solidaires existent et ont continué d’opérer jusqu’alors, dans le respect des gestes barrières et de la distanciation sociale, permettant ainsi un accès à une alimentation saine et abordable à un plus grand nombre.

Nadia Azoug, élue écologiste à la mairie de Pantin s’insurge et s’interroge : « Alors que le gouvernement nous appelle toutes et tous à faire preuve de résilience, de solidarité, d’entre-aide, de « faire-bloc », d’aller aider les agriculteurs dans les champs : Allons-nous demander aux paysan.e.s de détruire leurs récoltes ou de la vendre à un moindre prix aux centrales d’achats, celles des supermarchés qui s’assurent, déjà, des bénéfices accrus ? Allons-nous demander aux marchands forains, des étals de nos marchés, nos fidèles présents pour certains depuis plus de 15 ans de renoncer à leur métier en situation de crise au risque de mettre la clef sous la porte. Encore une fois, l’Exécutif se contredit et met en péril les réseaux vitaux de nos territoires. » 

Nous demandons à la préfecture de la Seine-Saint-Denis et à l’Etat de maintenir au moins un marché alimentaire à Pantin et de permettre que nous nous organisions collectivement et d’accompagner le développement de nouveaux circuits solidaires afin de soutenir nos agriculteurs franciliens – dont la production risque de se perdre – et d’aider les plus fragiles, protégeons-nous en limitant nos déplacement non essentiels.

Un avis sur « COMMUNIQUE »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :