Communiqué 11 octobre 2021 : Les élu.es du groupe Écologistes et Solidaires s’opposent à l’installation d’une antenne 5G à Pantin.

Pantin le 11 Octobre 2021,

Les élu.es du groupe Écologistes et Solidaires s’opposent à l’installation d’une antenne 5G à Pantin.

Samedi 9 octobre, à 10h25 du matin, un membre d’Europe Ecologie Les Verts a été alerté par des habitant.es sur la suspicion de l’installation d’une antenne 5G. 

Des élu-es se sont rendus sur place après vérification de l’arrêté municipal et des démarches effectuées, et, à 12h20, ils ont obtenu que l’antenne 5G reste dans le camion et que la 4G soit rétablie. De fait, les élu.es du groupe Écologistes et Solidaires se sont opposés à l’installation d’une antenne 5G sur les toits des bâtiments des finances publiques rue Courtois. 

Sous couvert de maintenance, les opérateurs obtiennent de la municipalité des arrêtés d’interruption de circulation. Il est à dénoncer la stratégie du fait accompli des opérateurs téléphoniques, aujourd’hui Orange, hier Free. L’absence de transparence sur la nature des opérations de maintenance est problématique. Remplacer des antennes 4G par des antennes 5G n’est pas une opération de maintenance. Installer des antennes 5G dans des caches laissant penser qu’il s’agit d’antennes 4G relève du mensonge et de la mauvaise foi. Nous assurer ensuite que les antennes 5G seront installées mais pas mises en service illustre cette stratégie déloyale des opérateurs. 

Pour rappel, nous sommes opposés à l’installation des antennes 5G sans consultation des riverains. 

De manière plus globale nous questionnons l’utilité de la 5G et ses usages. Si cette technologie peut être utile pour certaines industries de pointe, mise à disposition du grand public, elle suppose un remplacement prématuré et à grande échelle du matériel de téléphonie, exerçant une tension considérable sur les matières premières et les métaux rares. Nous militons pour une sobriété numérique. 

Le numérique, tout aussi indispensable qu’il soit, est responsable d’une part considérable des émissions de gaz à effet de serre.

Aujourd’hui, la 5G ne permet rien de plus que ce que la 4G nous offre déjà.
La 5G à disposition du grand public permet de télécharger sa série en 3 secondes au lieu de 5 ou 8 actuellement, pour la regarder en streaming  n’importe où et à n’importe quel moment. Est-ce véritablement un progrès face aux conséquences dramatiques sur les ressources de notre planète et le dérèglement climatique ?


Groupe local d’EELV PANTIN ,

Les MARCHES des TERRES passent à PANTIN

N’oubliez pas, le 9 et le 10 Octobre 2021 passe par Pantin « les Marches des Terres »!

https://les-marches-des-terres.com/

Pour la préservation de notre bien commun et des terres nourricières les 9-10 octobre, du Nord, du Sud, de l’Est et de l’Ouest de l’Ile-de- France, marchons ensemble sur Paris.
Contre le Grand Péril Express, rejoignez les Marches des Terres !

Le Programme :

Départ du Triangle de Gonesse le samedi 9 octobre 2021 à 9h
13h à l’Aire de Vents à Dugny
16h Jardins des Vertus- Métro Fort d’Aubervilliers
18h Pantin (soirée-débat)
–> Nadia Azoug fais une intervention à la maison de quartier des Courtillières vers 17h30

Départ de Pantin le dimanche 10 octobre à 9h
12h Paris – Hôtel de ville
16h Hôtel Matignon

Les toxicomanes quittent la rue Riquet pour le square de la porte de la Villette

Le groupe local EELV de Pantin apprend ce jour avec effarement, par voie de 

presse, que le Ministre de l’Intérieur, M. Gérald Darmanin, et le Préfet de Police de Paris ont procédé ce vendredi matin à l’évacuation d’une centaine de consommateurs de crack du Jardin d’Eole et de la Place de Stalingrad à Paris, pour les conduire vers la place Auguste Baron, entre les villes de Pantin et d’Aubervilliers.


Dans le communiqué de presse du Préfet de Police de Paris, ci-après en PJ nous pouvons lire: 

“un secteur sans riverain aux abord immédiats”
Ce quartier populaire de notre territoire est loin d’être vide d’habitants, c’est même l’un des quartiers où la densité de population est très importante, l’un des plus pauvres de France de plus, la place Baron est située à proximité de deux écoles dans lesquelles sont scolarisés plus de 850 enfants.

“La Police serait inactive face à la situation (.. des riverains..) dont la solution est avant tout sociale et médicale”
C’est sans concertation avec les élu-e-s locaux des villes de Paris, de Pantin et d’Aubervilliers,  que les pouvoirs publics ont agi dans le mépris des riverains et des consommateurs de crack. 


C’est une volonté désordonnée et revancharde de basculer les problématiques sociétales, sociales et médicales vers des territoires dont les habitants sont, hélas, considérés comme des citoyens de seconde zone. Le Ministre de l’Intérieur et le Préfet de Police de Paris viennent d’en faire la démonstration.

Que  croire des annonces du Premier Ministre lors de son passage à Bobigny le 21 septembre dernier, lorsqu’il affirme “qu’aucun gouvernement n’a jamais autant agi pour la Seine-Saint-Denis” ?


Le groupe local EELV de PANTIN et d’AUBERVILLIERS, dans une indignation la plus totale, s’oppose fortement à cette installation dans ces conditions, et se joint à la demande du Maire de Pantin, d’une réaction urgente de la part du Premier Ministre.

Nous ré-affirmons que la seule réponse viable à cette situation, est une approche concertée et partagée, basée sur une prise en charge médicale et sociale des consommateurs de cracks. 
Voir https://www.mieuxagircontrelecrack.fr/
Groupe local d’EELV PANTIN ,
Groupe local d’EELV AUBERVILLIERS,
Groupe local d’EELV PARIS 19,

Mieux agir contre le crack sur notre territoire

Une fois de plus, de mauvaises décisions politiques font subir au nord-est parisien une énième crise liée à la consommation de crack.

En réponse, les GL de Paris 10, 18 et 19, avec le soutien d’EELV Paris et celui de EELV Pantin, lancent “Mieux agir contre le crack à Paris” : une mobilisation citoyenne pour demander l’ouverture de structures de consommation et de soins, dispositif indispensable pour amorcer une résolution humaine, efficace et durable.

Pour comprendre de quoi relève cette initiative, regardez cette vidéo de 3 minutes :

Cliquez sur ce lien pour accéder à la vidéo

La semaine dernière, les jardins d’Eole ont été évacués en laissant les consommateurs livrés à eux-mêmes, et ce, sans les orienter vers un dispositif de prise en charge pérenne.

Cette mobilisation est plus pertinente que jamais pour demander à Jean Castex, Gérald Darmanin et Olivier Véran de se positionner en faveur d’une politique pragmatique de réduction des risques.

Pour soutenir cette initiative nous vous invitons à :

1️⃣ Signer la pétition : https://bit.ly/3AqV7Xn
2️⃣ Partager ce tweet : https://bit.ly/2UoCEtN
3️⃣ Partager cette publication FB : https://bit.ly/2TDBXgd
4️⃣ Faire suivre cet email sur vos listes de GL

Enfin, si vous souhaitez en savoir plus sur “Mieux agir contre le crack à Paris”, rendez-vous sur : https://mieuxagircontrelecrack.fr/

Merci beaucoup de votre aide !

Dessiner pour mieux se comprendre

Co-construire les politiques publiques avec les citoyen.ne.s est au cœur de l’écologie politique. Notre groupe s’y attèle. L’exemple par la preuve : lors de deux séances de travail avec des associations du quartier et des représentants de parents d’élèves, nous avons construit ensemble un diagnostic partagé autour de la situation de la rue Cartier Bresson.

Parce que nous considérons que vous avez une connaissance unique de votre quartier à travers un usage quotidien, nous avons lancé une démarche singulière en février dernier.

Autour d’une carte du quartier, nous avons dessiné ensemble un diagnostic des atouts et des dysfonctionnements de la portion allant de la rue Denis Papin à l’avenue du Général Leclerc.

Vous avez ainsi pu pointer ce qui posait problème en ciblant les points généraux et particuliers. Nous avons pu vous écouter, répondre à vos questions, prendre en compte les inquiétudes et les mécontentements : vitesse anormale des véhicules, circulation de transit, nuisance sonore, qualité des revêtements, traversées piétonnes, éclairage, abords du futur collège…

Cette méthode collaborative nous a également permis de vous présenter les réaménagements déjà lancés avenue du Général Leclerc et au carrefour Delizy, qui permettront une meilleure mise en sécurité des piétons et des cyclistes.

Nous avons co-construit un projet avec vous, les services de la ville ont ensuite pu concevoir un aménagement qui apporte des réponses concrètes aux dysfonctionnements identifiés, dans le respect de l’intérêt général.  Quelques aménagements légers ont pu être effectués dès la semaine qui a suivi ces séances de travail.

Nous avons ensuite acté au sein de la majorité une modification budgétaire d’un million d’euros au plan d’investissement 2021, afin que les travaux puissent commencer au plus tôt, avec comme objectif d’apaiser le quartier et d’accueillir les collégiens en fin d’année.

Grâce aux dialogues et à l’intelligence collective, avec toutes et tous, c’est une rue renouvelée, plus douce, mieux éclairée, avec des bandes cyclables, des feux de ralentissements et une meilleure prise en compte des piétons bien évidemment ! Le tout est à découvrir début 2022…

Mirjam Rudin, Pierric Amella, Jocelyne Chatron

Groupe des élu-e-s Écologistes et Solidaires.

Du souffle à Pantin :  on Respire ! 

La tribune de groupe Ecologistes et Solidaires à paraître dans le canal de Juin

Dans les coulisses des réunions de travail du groupe Écologistes et Solidaires, nous nous répétons, comme un mantra pour les uns, comme un hashtag pour les autres : #OnFaitCommeOnADit!  Et ce n’est pas rien, car ce que l’on s’est dit il y a un peu plus d’un an c’est que nous voulions co-construire une ville plus forte face aux chocs déjà présents et à venir du dérèglement climatique, une ville plus respirable pour tous et toutes, jeunes et moins jeunes, une ville plus belle qui fait place à la nature, accessible et protectrice mais aussi à la créativité et à l’apaisement.

Comme nous nous y étions engagés pour améliorer la qualité de l’air, nous réduisons progressivement la place de la voiture et augmentons les espaces verts dès que c’est possible. C’est ainsi que Pantin a entamé sa transformation en faisant plus de place aux vélos, en redessinant l’espace public afin d’offrir des lieux de promenade, de détente et de jeux. Les travaux de piétonisation du quai de l’Ourcq entre l’avenue du général Leclerc et l’école de la Marine ont démarré pour faire plus de place aux piétons et à la nature en ville. 

Soucieux des questions essentielles, du mieux vivre mais aussi de la santé environnementale, des sas de tranquillité, de sécurité où l’on respire mieux sont envisagés. Ainsi, nous expérimentons, depuis le 10 mai et jusqu’au 7 juillet, différents scenarii de piétonisation des abords des écoles, afin de protéger nos enfants plus vulnérables. Au terme de ces deux mois, membres de la communauté scolaire et riverains seront consultés afin de recueillir les avis et de décider comment pérenniser et étendre ces dispositifs. 

Enfin, nous soutenons les belles initiatives collaboratives visant à améliorer le cadre de vie. Une fois n’est pas coutume, focus sur l’îlot 27, nouveau musée à ciel ouvert où une formidable dynamique s’est engagée entre la maison des projets, les syndicats de copropriétés, des bailleurs sociaux comme Pantin Habitat, de la communauté éducative avec l’école Eugénie Cotton, le centre de loisirs Gavroche afin de permettre à des artistes, avec l’aide des enfants et jeunes, de repeindre la vi(e)lle en couleurs. Mais, ne nous croyez pas, allez voir vous-mêmes ! 

Mirjam Rudin, Mélina Pelé, Pierric Amella. 

Groupe des élu-e-s Ecologistes et Solidaires.

« Pédaler pour sillonner nos territoires »

Se rendre au travail, accompagner les enfants à l’école, faire ses courses, visiter ses amis ou sa famille, en passant par la boulangerie ou la librairie, c’est aussi possible en pédalant!

Pour marquer notre engagement en faveur des mobilités douces,  nous avons proposé aux cyclistes de tous genres une déambulation à vélo entre Aubervilliers et Pantin le Dimanche 30 Mai.

Avec assistance ou sans, jeunes ou moins jeunes, à votre rythme, nous allons pédaler ensemble sur un parcours où les équipements nous permettent de circuler en toute sécurité, aux couleurs de l’écologie évidemment 

Départ Mairie d’Aubervilliers, Quai du canal, Porte de la Villette, Mairie de Pantin, Arrivée Place de la pointe (Pantin).

⚠️ Attention nous avons dû modifier les itinéraires suite à une demande de la préfecture, de certains départements et un déficit d’inscription sur certains trajets !

Il y aura finalement que 2 cortèges, l’un en partance du parc de Bercy et l’autre du Square Lamartine (dans le 16e). Les piques niques sont maintenus, et nous partirons à 14h en direction de Chatelet (*trajets sécurisé d’environ 7km, ce qui représente 30min de vélo)

Désolée si vous vouliez pédaler davantage ! Et merci de vous réinscrire ici :
https://airtable.com/shr959e91oXHAnWrC

Le 20 juin 2021, je vote 2 fois!

2021-06-20T21:33:00

  jours

  heures  minutes  secondes

jusqu’à

 2 votes pour faire avancer le projet et les valeurs de l’écologie politique.

1/ L’élection départementale
Avec Nadia Azoug pour le canton Pantin Le Pré #AgirNousProtège pour les départementales

https://www.facebook.com/agirnousprotegePantinLePre

2/ L’élection régionale
Avec Julien Bayou pour la région Ile de France #l’Écologie Évidemment !

Rappel:

le 20 juin prochain auront lieu les 1er tours des élections départementales et des élections régionales. Il s’agit donc d’une double scrutin, de 2 élections différentes!  Nous sommes appelés à voter 2 fois, dans le même bureau de vote.
Pour voter:

Je vérifie si je suis bien inscrit sur les listes.

Pour vérifier si je suis bien inscrit sur les listes je clique ici

Si je ne suis pas encore inscrit
(je vote pour la 1ère fois, je viens d’avoir 18 ans, j’ai déménagé récemment, je viens d’acquérir la nationalité française, je viens de retrouver mon droit de vote…)

 je peux encore le faire jusqu’au 14 mai!
Pour m’inscrire je clique ici




La 5G ? le vrai du faux ou de la nécessité d’avoir un débat citoyen sur ses usages ?

La 5G, c’est parti ! Les grands opérateurs de téléphonie mobile sont prêts, notamment à Pantin. Les fréquences ont été vendues aux enchères, les antennes ont été ou sont en train d’être installées, les premières offres de forfaits ont été proposées aux particuliers.

Et pourtant que sait-on de cette technologie ? Sommes-nous, nous consom’acteurs, éclairés sur ses apports ? pouvons-nous encore questionner sereinement ses usages dans le cadre contraint et limité des ressources premières et énergétiques qui est le nôtre ?

Oui, le numérique est plus que jamais entré dans notre quotidien et nous est essentiel. C’est une évidence ressentie par tout un chacun dans la période d’état d’urgence sanitaire que nous vivons. Même pour nous les Amishs – insulte rétrograde pour certains ou qualificatif bravache pour d’autres – nous qui sommes paradoxalement ultra connectés. Cependant, à travers la 5G, s’interroger sur un usage sobre du numérique, son impact dans la lutte contre les émissions à effets de serre et son rôle dans la transition écologique nous semble incontournable pour être à la hauteur des enjeux.

Vous avez tenté de répondre aux questions du Quiz ? Allez plus loin avec ces réponses plus développées et débattez avec nous lors de notre Webinaire du dimanche 14 mars à 18 heures (lien zoom sur notre page internet) ou en live sur notre page Facebook : Pantin Ecologistes et citoyens engagé-es 2020-2026

Environnement : sobriété énergétique et consommation 

  1. Le numérique est-il forcément écologique. Participe-t’il à la transition écologique ? 

Vrai et faux: si le numérique peut faire partie de la solution, son utilisation se doit d’être sobre et dans le respect des engagements en neutralité carbone. 

Quelques données : 

  • En moyenne, il faut mobiliser de 50 à 350 fois leur poids en matières pour produire des appareils électriques à forte composante électronique, soit par exemple 800 kg pour un ordinateur portable et 500 kg pour un modem.
  • La part du numérique dans les émissions de gaz à effet de serre a augmenté de moitié depuis 2013.

Selon les mots de la Convention Citoyenne pour le Climat : “Dans l’esprit des gens, le numérique est immatériel et peut faire l’objet d’un usage illimité. Nous avons nous-mêmes été stupéfaits, pendant la Convention citoyenne pour le climat, de découvrir l’impact carbone de nos pratiques.« 

2. Avec la 5G, La facture énergétique va-t-elle considérablement augmenter ?

On ne sait pas : Les opérateurs télécoms et les équipementiers affirment que la 5G est moins énergivore que la 4G. Mais, de fait, la facture énergétique dépendra beaucoup des usages, qui ont tendance à se multiplier. Le think tank « The Shift Project» qui milite pour sortir des énergies fossiles, estime qu’avec la 5G la consommation d’énergie des opérateurs mobiles sera multipliée par 2,5 à 3 dans les cinq ans à venir, soit une augmentation de 2 % de la consommation d’électricité du pays.

3. Avec la 5G, me faudra-t’il un nouveau téléphone ?

Vrai, mais pas tout de suite : En effet, pour bénéficier de ce très haut débit, il est nécessaire de s’équiper de nouveaux appareils. Toutefois, la 5G ne sera pas pleinement opérationnelle tout de suite car il faudra attendre que les premiers équipements soient mis en service et ils ne couvriront pas tout le territoire. De plus, pour qu’un réel bond en matière de qualité de réseau soit réalisé, les opérateurs devront utiliser plusieurs bandes de fréquence, ce qui ne sera possible que dans quelques années. Vu le (court) cycle de vie des téléphones portables (les appareils sont renouvelés en moyenne tous les deux ans), il est plus prudent d’attendre que la technologie soit complètement déployée pour investir dans de nouveaux équipements.

Les effets indésirables

4. La 5G est-elle dangereuse pour la santé ?

On ne sait pas. Cela fait des années que les chercheurs s’interrogent sur les effets des ondes sur la santé sans parvenir à s’accorder sur de possibles effets à long terme ; à court terme, aucun effet significatif n’est observé. Ce qui est certain, c’est que les antennes 5G, qui seront peu nombreuses au début, n’émettront leur signal que quand elles seront sollicitées par un terminal (lorsqu’un utilisateur sera à proximité) et pas en permanence, comme le font les antennes 4G.

5. La 5G accélère-t-elle les phénomènes de surveillance ?

Vrai. Si La 5G n’est pas “responsable” des phénomènes de surveillance via des outils numériques, elle les accélère.

  • Rappel : les fichiers et lois de surveillance en France, se multiplient :  fichier TAJ (2012), loi renseignement (2015), fichier TES (2016), loi Sécurité globale (2020)
  • La tendance actuelle, qui est celle d’une explosion de ces dispositifs de surveillance. La reconnaissance faciale par exemple, est en plein boom
  • En France, entre 2013 et 2020, le nombre de caméras de vidéosurveillance dans les 50 villes les plus peuplées de France a été multiplié par 2,4 passant de près de 4 800 caméras à plus de 11 400.
  • Le cabinet Gartner prévoit que 70% des équipements installés au réseau 5G seront des caméras de surveillance. 

6. La 5G menace-t’elle les prévisions météo ?

Vrai. Le déploiement d’ici quelques années de la 5G dans la bande des 26 GHz (pour l’instant, seules les bandes plus basses, notamment autour de 3,5 GHz, sont concernées) inquiète les scientifiques car les satellites météorologiques utilisent des fréquences très proches. « Cette bande est en effet indispensable pour la mesure de la concentration en vapeur d’eau de l’atmosphère et, par conséquent, pour les prévisions météorologiques et le suivi du changement climatique », explique l’Agence nationale des fréquences (ANFR). Les États n’ont réussi à s’accorder que sur des limites très lâches et pourraient donc mettre en danger les prévisions météo.

Les moyens d’actions?

7. Qui peut s’opposer à son déploiement ? Une ville ou une région peuvent-elles interdire la 5G?

Faux. Les élus locaux n’ont pas la possibilité de s’y opposer. Comme l’a rappelé le Conseil D’État, « seules les autorités de L’État désignées par la loi sont compétentes pour réglementer de façon générale l’implantation des antennes-relais de téléphonie mobile ». Sébastien Soriano, l’ancien président de l’autorité de régulation des télécoms, l’Arcep (remplacé par Laure de la Raudiere) a de son côté appelé les opérateurs à « être dans le dialogue avec les maires pour expliquer ce qu’est la 5G ».

8. Un particulier peut-il refuser la 5G ? Un particulier peut -il s’attacher à une antenne ?

Vrai. Tant que vous utilisez un téléphone non compatible et que vous n’avez pas de forfait 5G, vous ne passerez pas par ce type de connexion très haut débit. Vous pourrez continuer d’utiliser les autres réseaux (Edge, 2G, 3G, 4G…) selon votre type d’appareil, votre forfait et le réseau disponible localement. « Les réseaux préexistants ne vont pas disparaître. Plusieurs flux vont se superposer », confirme l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep). Ce qui met en exergue le caractère énergivore de la 5G en tant qu’ajout et questionne son utilité .

Le monde de demain : smart-cities, safe-cities

9. Qui va (surtout) en profiter ?

Les entreprises. Ce ne sont pas les usagers de téléphones mobiles qui vont le plus profiter de la 5G, car la 4G est déjà suffisante pour supporter des débits importants comme des vidéos. Ce sont surtout les entreprises qui pourraient être intéressées par les nouveaux usages permis par la 5G (dont profiteront les particuliers par ricochet) : 

  • pilotage automatique dans certaines industries, 
  • voitures autonomes, villes connectées…
  • Les vidéos à très haute résolution pour des usages de particuliers et de professionnels ;
  • La réalité virtuelle à 360° en connectivité sans fil ;
  • La connectivité à haut débit et faible latence entre les véhicules et les infrastructures de transports et de véhicules à véhicules, ou pour les usages de divertissement à l’intérieur des véhicules ;
  • La récupération des données de la multitude de capteurs de la « ville intelligente » pour, par exemple, contrôler les flux routiers et les divers niveaux de pollutions ;
  • Les télé-opérations de toutes sortes, grâce à la faible latence et aux échanges d’images vidéo très précises, par exemple dans le domaine de la santé ou des exploitations minières
  • Le suivi précis des troupeaux dans les exploitations agricoles grâce à des capteurs sur le bétail.

10. Pas de 5G, pas de villes intelligentes? 

Faux. Les capteurs sont déjà dans la ville : dans les réseaux d’infrastructures, dans les rues, et, surtout, dans nos poches via nos smartphones. La Smart City, la ville intelligente est bel et bien l’avenir de nos villes. Mais de quelle Smart City parle-t-on ? Le numérique, pour quoi faire ?

Depuis 15 ans, des promesses d’une ville ultra-moderne, à la fois connectée, agréable et durable. Mais, dans bien des villes, le rêve a viré au cauchemar. Le numérique devait mettre fin aux bouchons, il n’a fait que les aggraver. Waze devait désengorger les artères les plus congestionnées, mais a aussi amené de la congestion là où il n’y en avait pas. Uber devait réduire le nombre de voitures individuelles mais a ajouté des voitures dans nos villes déjà surchargées. Ces usages peuvent aller à l’encontre des politiques publiques menées par les élus locaux pour une ville plus vivable (plan de circulation, moins de voiture, zone apaisée) et laisser un pouvoir trop important à des entreprises privées.

Les sources

Le Monde : https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/09/24/5g-le-vrai-le-faux-et-ce-qu-on-ne-sait-pas-encore_6053447_4355770.html

Convention Citoyenne pour le Climat – Rapport final : https://www.qqf.fr/infographie/69/pollution-numerique-du-clic-au-declic

France info : https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/ma-ville-demain/ma-ville-demain-smart-city-la-ville-intelligente-de-demain_4033211.html

Qui eux même prennent les sources de Greenpeace, Green IT, the shift-project, Ademe…

Aussi : rapport de la cour des comptes qui s’interroge sur l’utilité de la vidéo protection : https://www.lagazettedescommunes.com/703132/la-videosurveillance-dans-le-viseur-de-la-cour-des-comptes/

Une nouvelle étape se profile

Comme vous le savez, au soir des élections du 15 mars, après une victoire au premier tour avec notre liste d’union, nous sommes rentrés dans une période singulière, historique du confinement !

Durant les 2 mois qui viennent de s’écouler, nous ne sommes pas restés en hibernation mais nous avons, de notre place, essayé d’apporter notre pierre à la situation.

D’abord avec une bonne partie des écologistes pantinois.es, nous avons rédigé une note assez conséquente de propositions pour alimenter la mobilisation et l’action de la Ville face à la crise.

Dès le début du confinement, l’annonce de la fermeture des marchés forains, l’interdiction des modes de distribution alternatifs, les difficultés des agriculteurs et l’injonction à aller dans les supermarchés a suscité une forte mobilisation de certains d’entre nous pour proposer une alternative. C’est ainsi que nous avons convaincu le Maire et son cabinet de nous épauler dans une opération de distributions de paniers, qui au final, s’est révélée d’envergure : plus de 700 familles ont été bénéficiaires de ces paniers, avec un soutien à des agriculteurs du 77 et un portage par la Buttinerie, nouvel outil pour l’écologie concrète. Nous avons aussi contribué à différentes formes de cagnotte pour apporter notre pierre à la mobilisation générale contre la précarité grandissante et les difficultés économiques s’installant avec la crise dans de nombreux foyers pantinois.

Puis, la fin du confinement se préparant, nous avons rédigé une contribution collective pour alimenter les décisions du maire sur le déconfinement : mobilité – vélo, éducation, solidarité, hygiène, etc. Bref un autre document que nous avons appelé « le monde d’après »

Ensuite il y a eu l’annonce par le premier ministre de l’installation du conseil municipal. Et bien nous y voilà, nous y sommes

C’est une nouvelle étape, une étape que certains d’entre vous, nouvellement adhérent, avez suivi de loin, une étape qui fait suite à un long cheminement. En effet, celle-ci nous ramène pile poil un an en arrière où nous avons commencé nos ateliers programmatiques. Un gros travail collectif dont nous pouvons nous féliciter. L’ADN de l’écologie telle que nous souhaitons la faire vivre à Pantin se construit par l’intelligence collective au service des transitions et la lutte pour le climat, dans le débat contradictoire, la recherche de consensus, le respect, la bienveillance et la convivialité

Certes l’écologie est dans toutes les bouches, mais nous savons que l’original vaut mieux que les mauvaises copies !

Demain, fort de nos 11 élus (10 EELV et un apparenté), nous aurons la responsabilité d’être dans l’action dans les institutions. Show must go on !!